Accueil Envoyer un mail Forum

TREBONIEN GALLE




Nom. Caius Vibius Trebonianus Gallus.

Naissance. Date inconnue.

Famille. Sa famille est une ancienne famille étrusque, originaire de Pérouse, en Italie.

Portrait. Trébonien Galle n'a pas bonne presse auprès de ses biographes qui lui reprochent sa mollesse, son libertinage, son laisser-aller.

Mariage. Il épouse Afinia Gemina Baebiana qui lui donne un fils, Volusien. Il semble qu'elle ne doit plus être en vie au moment où Trébonien s'empare du trône.

Cursus. Lorsque Trajan Dèce est acclamé empereur par ses soldats, Trébonien est gouverneur de la Mésie. En 249, alors que le nouvel élu dégarnit la frontière du Danube pour marcher avec ses troupes contre l'empereur Philippe I, les Goths, sous la conduite du roi Kniva, envahissent la Mésie. Cette invasion oblige Trajan Dèce à revenir sur le Danube avec ses troupes pour chasser ces barbares. Durant cette campagne, Trébonien , posté avec ses troupes, sur le flanc de l'ennemi, n'entreprend rien pour soutenir les efforts de Trajan Dèce. Est-ce dans l'espoir de permettre aux Goths de battre l'empereur afin de s'emparer du pouvoir par cette trahison déguisée ? Difficile à dire. Mais sitôt après la défaite et la mort de Trajan Dèce, ses soldats le proclament empereur, le 15 août 251.

Dies imperii : 15 août 251.

Règne. Aussitôt élu, Trébonien prend comme coempereur Hostilien, le second fils de Trajan Dèce, pour obtenir aussi bien l'appui du Sénat que celui des partisans de l'empereur défunt. Plus encore , il donne à son fils Volusien, qu'il nomme César, une fille de Trajan Dèce pour épouse. Par contre, il oblige l'impératrice-veuve à se retirer.
Afin de pouvoir se rendre à Rome et défendre sa cause devant le Sénat, il traite avec les Goths. Il semble qu'il récupère la Mésie en obtenant leur retrait au-delà du Danube contre un tribut annuel. De plus, il leur abandonne de nombreux prisonniers et leur fournit d'abondantes provisions. L'idée de devoir payer un tribut annuel à des barbares soulève l'indignation des Romains habitués à se considérer encore comme les maîtres du monde. Ce traité humiliant vaut à Trébonien le mépris général.
La peste continue de faire des ravages " Non moins que la guerre qui surgissait de partout, la peste aussi, qui apparut dans les villes et les villages, fit périr le reste du genre humain ; jamais encore par le passé elle n'avait provoqué pareille hécatombe d'hommes " (Zosime). Elle emporte Hostilien peu de temps après avoir été élevé à la dignité de coempereur. Trébonien nomme alors son fils Volusien Auguste, en octobre 251.
On accuse les chrétiens d'être responsables de ce fléau parce qu'ils refusent de prendre part aux prières que, dans tout l'empire, on adresse aux dieux. Trébonien se met donc à son tour à les persécuter.
En 252-253, occupé à repousser les Perses qui ont repris aux Romains l'Arménie et menacent Antioche, Trébonien doit confier au nouveau gouverneur de Mésie, M. Aemilianus (Aemilien) la mission de refouler les Goths qui ont recommencé leurs incursions sur le Danube et en Asie mineure. Aemilien réussit à les repousser. Ses soldats, suivant un scénario désormais bien rôdé, le proclament empereur, le 24 juillet 253. Toutes les provinces orientales le reconnaissent elles aussi.
Trébonien regagne alors l'Italie et demande à un de ses généraux, P. Licinius Valerianus (Valérien), chef des armées du Rhin et du Haut Danube, de l'aider à combattre cet usurpateur.
Valérien obéit et marche sur la Mésie. Trop tard ! Aemilien est déjà parti avec ses troupes à la conquête de l'Italie.
Valérien, que ses troupes ont aussi acclamé empereur en Rhétie, prend à son tour la route de l'Italie.
Nous trouvons donc, en cette année 253, quatre Augustes (Trébonien Galle, Volusien, Aemilien et Valérien) à la tête de trois armées qui marchent à la rencontre l'une de l'autre en Italie, deux (celles d'Aemilien et de Valérien) pour conquérir le pouvoir et une (celle de Trébonien et de son fils Volusien) pour le défendre.
Au début août 253, à Terni ou à Forum Flamini, l'armée d'Aemilien bat celle de Trébonien et de son fils Volusien. Tous deux sont tués au cours de la bataille. Le Sénat s'incline devant le fait accompli et reconnaît Aemilien empereur.

Source : " Les empereurs Romains - 27 av. J.-C. - 476 ap. J.-C. " - François ZOSSO - Christian ZINGG.