Accueil Envoyer un mail Forum

NUMERIEN




Nom. Marcus Aurelius Numerianus.

Naissance. Vers 254.

Père. L'empereur Carus.

Mère. On ignore le nom de l'épouse de Carus.

Portrait. Malheureusement pour ce fils cadet de Carus, la Nature ne l'a gratifié ni d'un caractère bien trempé, ni d'une bonne santé pour tenir décemment son rôle d'empereur. C'est un faible, un doux, un ami des poètes, qui s'intéresse davantage à la littérature et au beau parler qu'à la politique et à la guerre. Excellent orateur, il participe à de nombreux concours d'éloquence.

Mariage. Il épouse la fille de son préfet du prétoire, Arrius Aper.

Cursus. Son père, Carus, sitôt élu, en septembre 282, l'associe avec son frère aîné au gouvernement de l'empire en le nommant César. Puis, en décembre 282 ou en janvier 283, il l'emmène avec lui en Orient guerroyer contre les Perses.
Le 18 (?) mai 283, alors qu'il s'apprête à entrer en Mésopotamie, il le nomme Auguste.

Dies imperii : 18 (?) mai 283.

Règne. A la mort de son père (mi-juillet 283), Numérien se trouve avec son armée sur les bords du Tigre. Au lieu de conduire à son terme la campagne victorieuse que son père a commencée contre les Perses (Les Perses, à cette époque, ont dégarni leur frontière avec l'empire romain et envoyé leurs troupes se battre sur la frontière avec l'Inde.), il conclut une trêve avec ceux-ci. Superstitieux, ses soldats refusent de poursuivre la lutte. La foudre (?) qui a frappé son père est pour eux le signe évident de la colère des dieux. Selon un oracle, ceux-ci ont fixé à l'empire le Tigre comme frontière. Les soldats refusent donc de franchir ce fleuve et exigent de leur nouvel empereur qu'il tienne compte de l'avertissement divin. Numérien cède, au grand étonnement des Perses qui voient leur ennemi vainqueur plier bagage et faire retraite. Ayant contracté, durant cette campagne, une infection aux yeux qui l'oblige à se cloîtrer à journée faite ou dans sa chambre ou derrière les rideaux de sa litière ou derrière les tentures de sa tente, il laisse à son préfet du prétoire Arrius Aper la direction des opérations.
Dans la première quinzaine de novembre 284, à Héraclée, sur les bords de la Mer Noire, ses proches le trouvent mort dans sa tente. Pourquoi Arrius Aper cache-t-il à ce moment-là la mort de l'empereur ? Ne se sent-il pas encore assez sûr pour s'emparer du pouvoir dont il rêve ? D'après Aurelius Victor, il enferme le cadavre de l'empereur dans une litière et le fait transporter jusqu'à Nicomédie. Arrius Aper réussit cet "exploit" en interdisant toute visite, en supprimant toutes les audiences sous prétexte que l'empereur est trop mal pour recevoir quiconque. Ses yeux ne peuvent être exposés au moindre courant d'air... Lui seul peut l'approcher et recevoir ses ordres. Mais en arrivant dans cette ville, le 20 novembre 284, la puanteur des membres en décomposition est telle que la supercherie est découverte.
Tout le monde se pose alors la question "Qui a tué l'empereur ?", car personne ne doute qu'il n'ait été assassiné. La rumeur a tôt fait de colporter deux noms : Arrius Aper et Diodes, le commandant de la garde impériale. Le futur empereur Dioclétien parvient à prouver son innocence et à charger Arrius Aper. Celui-ci est alors arrêté, chargé de fers et traduit devant un conseil de guerre. Reconnu coupable, Diocles ne lui laisse pas le temps de se défendre, il tire son poignard et le frappe mortellement.
La détermination manifestée par ce général durant toute cette affaire et son coup de poignard expéditif qui la clôt stupéfient à ce point ses pairs que ceux-ci le font acclamer empereur par leurs soldats.

Sources :
Aurelius Victor, Livre des Césars, XXXVIII, 8.

Source : " Les empereurs Romains - 27 av. J.-C. - 476 ap. J.-C. " - François ZOSSO - Christian ZINGG.