Accueil Envoyer un mail Forum

GORDIEN III




Nom. Marcus Antonius Gordianus.

Naissance. Vers 225.

Famille. Petit-fils de Gordien I, neveu de Gordien II.

Père. Junius Balbus, consulaire.

Mère. Mezia Faustina, fille de Gordien I.

Portrait. C'est un jeune homme dont la personnalité n'est pas assez affirmée pour s'imposer à sa mère et aux eunuques dont celle-ci aurait peuplé le palais impérial, et encore moins à son beau-père, Timésithée, le préfet du prétoire, qui se conduit cependant envers lui avec une loyauté absolue.

Mariage. Il épouse Furia Sabina Tranquillina, fille de Timésithée. D'après le témoignage des monnaies, ce mariage a lieu entre le 30 août 241 et le 29 août 242.

Cursus. En mai 238, la popularité de son grand-père et de son oncle, morts en Afrique en luttant contre Maximin I, pousse le peuple à exiger des empereurs Balbin et Pupien peu appréciés à cause de leur trop grande sévérité, qu'ils adoptent le jeune Gordien et le nomment César.

Dies imperii : 23 ou 29 (?) juillet 238.

Règne. A la mort de Balbin et de Pupien, Gordien III est proclamé empereur par l'armée. Il n'a que treize ans. Les raisons de ce choix par l'armée ne sont pas claires. Le choisit-elle parce qu'elle n'a pas de meilleur candidat sous la main ou parce qu'elle se dit qu'elle pourra dicter sa loi à cet enfant ou encore parce qu'elle veut empêcher le Sénat de pourvoir une fois de plus à la vacance de l'empire ? Difficile à le dire. Ce qui est certain, par contre, c'est que son élévation au trône par l'armée se fait avec l'approbation du peuple qui s'est réconcilié avec les prétoriens et sans l'appui du Sénat qui, avec deux empereurs de son bord, n'a pas besoin d'un troisième pour mener sa politique.
Mais sa jeunesse, les troubles qui secouent les provinces, la rivalité latente entre l'armée et le Sénat expliquent, en grande partie, que ce soit Timésithée, le préfet du prétoire qui, dès 241, gouverne en son nom.
La grande affaire du règne est la campagne que mène Gordien III contre les Perses sassanides. Le roi Shapur I veut reprendre aux Romains les provinces qu'ils avaient prises aux Achéménides. (C'est sous la conduite de ce roi (240 ? - 272) que l'empire perse obtient sa plus grande extension. Il fut le plus formidable adversaire que les Romains aient eu à combattre durant le IIIème siècle.) En 241, le Perse franchit le Tigre, l'Euphrate, traverse l'Osrohène et pousse une pointe jusqu'à Antioche. Gordien III, face à cette attaque-éclair qui met en péril l'empire sur sa frontière asiatique, part avec Timésithée pour l'Orient en passant par la Macédoine et la Thrace. En route, il bat les Goths et les Sarmates, puis, après avoir franchi l'Hellespont, repousse les Perses au-delà de l'Euphrate. Il entre même sur leurs terres. Il est en train de marcher sur leur capitale, Ctésiphon, lorsqu'en octobre 243, Timésithée meurt subitement de maladie ou des suites d'un complot.
Gordien III ne survit pas à Timésithée. Nous avons de sa mort deux versions, l'une romaine, l'autre perse.
Selon la première version, Philippe l'Arabe, qui a remplacé Timésithée à la préfecture du prétoire, exige de Gordien III de partager le pouvoir avec lui. Celui-ci refuse. On consulte alors l'armée qui donne une réponse dépourvue de toute équivoque. Elle dépose, le 25 février 244 (ou en mars 244), Gordien III, le fait passer de vie à trépas près de Zaftha, au confluent du Chaboras et de l'Euphrate, entre Circesium et Dura, et envoie ses restes à Rome avec un mot disant que l'empereur est mort de maladie. Pas dupe, le Sénat lui accorde l'apothéose, mais s'incline devant le (for)fait accompli et reconnaît Philippe l'Arabe.
Selon la version perse (Celle que donne la "Res gestae" de Shapur I.), Gordien III est blessé lors de la bataille de "Misiche" et meurt quelque temps après des suites de cette blessure.

Dixit : Dans une lettre qu'il écrit à Timésithée, Gordien III livre cette réflexion désabusée : "Un empereur est à plaindre lorsqu'on lui cache la vérité".

Sources : Histoire Auguste : Les Gordiens, XXIX.

Source : " Les empereurs Romains - 27 av. J.-C. - 476 ap. J.-C. " - François ZOSSO - Christian ZINGG.