Accueil Envoyer un mail Forum

ELAGABALE





Nom. Varius Avitus Bassianus. A son avènement, il prend les noms de Marcus Aurelius Antoninus. Il adopte aussi le nom du dieu qu'il adore, Elagabale, qui signifie dieu de la Montagne.

Naissance. En 204 à Emèse (Homs), en Syrie.

Famille. Originaire d'Emèse, sa famille est une famille sacerdotale vouée au culte du dieu Baal. Elle est apparentée à la famille des Sévères par l'impératrice Julia Domna, épouse de Septime Sévère. Sa soeur, Julia Maesa, a deux filles, Julia Soaemias et Julia Mammaea.

Père. Sextus Varius Marcellus, grand-prêtre du dieu Baal.

Mère. Julia Soaemias. Elagabale est donc le petit-cousin de Caracalla et de Geta.

Portrait. Lorsqu'il prend le contrôle de l'empire, Elagabale est un adolescent adipeux, efféminé, débauché, qui aime se farder, teinter ses sourcils, se travestir. Il est grand-prêtre du dieu d'Emèse, Elagabale (Le culte qui est rendu à ce dieu de la Montagne est un culte solaire comportant des aspects orgiastiques). Superstitieux fanatique jusqu'à la folie, Elagabale veut imposer son dieu à Rome. Lorsqu'il y fait son entrée, le 29 septembre 219, il place sur un char la pierre sacrée, une pierre noire taillée en phallus symbolisant la présence de son dieu (voir aureus plus haut), et il marche à reculons devant elle pour ne pas perdre une seconde de la présence divine.

Mariage. Pour symboliser la fusion de la religion dont il est le grand-prêtre avec la religion romaine, il répudie sa jeune épouse Julia Paula et choisit, à la grande indignation des Romains, Aquilia Sévère, une vestale tenue par serment à la chasteté la plus absolue. Mais très vite il se désintéresse de cette seconde épouse pour convoler en justes noces avec un gladiateur célèbre, Zoticus.

Dies imperii : 15 (ou 16) mai 218.

Règne. Elagabale est avant tout l'instrument des ambitions des trois femmes à qui il doit le trône, sa grand-mère Julia Maesa, sa mère Julia Soemas et sa tante Julia Mammaea, qui a aussi un fils, Alexianus.
Fort riches, ces dames, que Macrin a exilées dans leur ville d'Emèse, reçoivent souvent la visite des soldats de la IIIème légion Gallica stationnée à Raphaneia, bourgade proche d'Emèse. Comme ces soldats leur parlent constamment de l'admiration qu'ils portaient à Septime Sévère et à Caracalla, elles leur font croire que leurs deux garçons sont les fils adultérins de Caracalla. Cet "aveu" , accompagné de magnifiques cadeaux, comble de joie les chefs de la légion et atteint le but que recherchent ces dames. Le 15 mai 218, ces chefs militaires, qui détestent Macrin, introduisent l'aîné Avitus (Elagabale) dans leur camp et le proclament Auguste sous le nom de Marcus Aurelius Antoninus, le nom de son père supposé, Caracalla. Macrin veut étouffer cette rébellion. Mais le 8 juin 218, il est battu par les partisans d'Elagabale. Le Sénat reconnaît, non sans appréhension, le nouvel empereur qui met près d'une année pour arriver à Rome, accompagné de son idole.
On a pu écrire que c'était l'Orient qui venait conquérir Rome.
Elagabale va régner quatre années à Rome, quatre années durant lesquelles il ne va cesser de heurter les Romains par sa folie religieuse, ses extravagances, ses excentricités, ses provocations, ses mariages, son mépris pour les institutions. Ne confie-t-il pas des postes importants qui à un cocher, qui à un coiffeur, qui à un danseur ?
Dion Cassius va jusqu'à prétendre qu'il voulait avoir la réputation d'un débauché, afin de pouvoir en cela imiter les femmes les plus dépravées... Il avait pour cela de nombreux agents, grâce à qui il recherchait les hommes les plus capables de le satisfaire de leur dépravation". Les princesses syriennes s'entendent, elles, avec le Sénat pour liquider les affaires courantes. On croit même savoir qu'elles participent à ses séances.
Une première ! La décision la plus importante est de décider Elagabale d'adopter, le 10 juillet (?) 221, son cousin Gessius Bassianus Alexianus, alors âgé de 13 ans, et de le nommer César, sous le nom de Marcus Aurelius Severus Alexander.
A la fin de ces quatre années de folie, Julia Moesa, la grand-mère, comprend que les prétoriens, la classe politique et le peuple de Rome en ont assez d'Elagabale et que d'un jour à l'autre, il peut être victime d'un coup d'Etat. Elle sacrifie donc Elagabale et sa mère, et pousse en avant son deuxième petit-fils que les Romains aiment bien. Le 13 mars 222, elle incite les prétoriens à la révolte. Mère et fils sont décapités et jetés dans le Tibre. Et Sévère Alexandre est proclamé empereur.
Une excentricité parmi d'autres.
"Dans la salle de banquet, Elagabale avait fait aménager un plafond réversible. A un signal donné, des masses de violettes, des fleurs de toutes sortes tombaient sur les convives, les recouvrant d'un tel déluge odorant que certains, enfouis, sous l'avalanche, périrent étouffés, n'ayant pas réussi à respirer à l'air libre."

Source : Dion Cassius, Histoire romaine, LXXX, XIII, 4 et XV, 3. Histoire Auguste : Antonin Elagabale.

Source : " Les empereurs Romains - 27 av. J.-C. - 476 ap. J.-C. " - François ZOSSO - Christian ZINGG.