Accueil Envoyer un mail Forum

DIDE JULIEN




Nom. Marcus Didius Julianus.

Naissance. Il serait né le 29 janvier 133, à Milan (?).

Famille. Dide Julien appartient à une famille de sénateurs, peut-être originaire de Milan.

Portrait. Selon ses détracteurs, il est aussi gourmand que vaniteux, aussi vaniteux que riche. L'histoire Auguste, par contre, le dit modeste, cordial, frugal et... végétarien.

Mariage. Il épouse une certaine Manlia Scantilla. Elle lui donne une fille, Didia Clara.

Cursus. Protégé de Marc Aurèle et de sa mère Domitia Lucilla qui l'élève, Dide Julien est questeur avant l'âge légal, puis édile, préteur, légat du proconsul en Afrique et en Achaïe, légat de la légion XXII Primigenia en Germanie. Il est ensuite envoyé en Belgique en qualité de légat propréteur où il combat avec succès les Chauques et les Chattes, riverains de l'Elbe, avant d'être promu consul et gouverneur de la Dalmatie et de la Germanie inférieure. Il rentre en Italie pour remplir la charge de curator alimentorum. C'est durant ce séjour qu'il est accusé de conspirer contre Commode. Mais il est acquitté et envoyé avec le rang de légat et de propréteur dans la province du Pont et de la Bithynie. Il obtient en 175 le titre de consul suffect avec Pertinax. En 192, il succède à celui- ci dans la charge de proconsul d'Afrique.

Dies imperii : 28 mars 193.

Règne. L'assassinat de Pertinax par deux à trois cents prétoriens ne fait, semble-t-il, pas l'unanimité dans leur rang. Ils ne parviennent pas non plus, semble-t-il, à se mettre d'accord sur le nom d'un successeur. Divisés, ils ne trouvent d'autre solution que de mettre l'empire aux enchères. Ils décident de le donner au plus offrant. Deux intéressés se présentent Sulpicianus, préfet de Rome, beau-père de Pertinax, et Dide Julien, pouss semble-t-il, par sa femme et sa fille, séduites à l'idée de devenir impératrices. Sulpicianus offre à chaque soldat cinq mille drachmes et - les prétoriens le redoutent - le jugement des assassins de son beau-fils. Dide Julien leur offre six mille deux cent cinquante drachmes.
L'assassinat de Pertinax par deux à trois cents prétoriens ne fait, semble-t-il, pas l'unanimité dans leur rang. Ils ne parviennent pas non plus, semble-t-il, à se mettre d'accord sur le nom d'un successeur. Divisés, ils ne trouvent d'autre solution que de mettre l'empire aux enchères. Ils décident de le donner au plus offrant. Deux intéressés se présentent Sulpicianus, préfet de Rome, beau-père de Pertinax, et Dide Julien, pouss semble-t-il, par sa femme et sa fille, séduites à l'idée de devenir impératrices. Sulpicianus offre à chaque soldat cinq mille drachmes et - les prétoriens le redoutent - le jugement des assassins de son beau-fils. Dide Julien leur offre six mille deux cent cinquante drachmes.
Les armées qui veillent aux frontières refusent, elles aussi, cette sordide élection. Elles détestent ces prétoriens qui, loin des dangers, se permettent de faire et défaire des empe reurs, s'amusent à terroriser la capitale et à y prendre du bon temps. Les légions de la Pannonie, de la Mésie, de la Germartie, de la Norique et de la Rhétie, soit en tout quinze légions, proclament empereur leur chef Septime Sévère, à Camutum, le 9 avril 193 (?). Les légions de Syrie, de Palestine et d'Egypte proclament, au même moment, à Antioche, Pescennius Niger; celles de Bretagne poussent Clodius Albinus à faire de même.
Septime Sévère, comprenant que le sort de l'empire se joue à Rome et non pas en province, prend de vitesse ses deux rivaux, marche sur la capitale qui lui ouvre ses portes.
Abandonné de tous, même des prétoriens qui craignent les légionnaires de Septime Sévère, Dide Julien, qui s'est réfugié dans sa salle de bain, est exécuté, le 1er juin 193, par un soldat qui lui tranche la tête. Son règne n'a duré que deux mois et cinq jours.
Dixit. "Quel est mon crime ? ", telles auraient été les dernières paroles de cet empereur qui croyait que le trône de l'empire pouvait s'acheter.

Sources.
Histoire Auguste Dide Julien.
Dion Cassius, Histoire romaine, LXXTII.

Source." Les empereurs Romains - 27 av. J.-C. - 476 ap. J.-C. " - François ZOSSO - Christian ZINGG.