Accueil Envoyer un mail Forum

ANTHEME




Nom. Procopius Anthemius.

Naissance. Date de naissance inconnue.

Famille. Sa famille est originaire de Cilicie en Asie Mineure. Il descend de Procope, ce cousin de l'empereur Julien, qui dispute l'empire à Valens, en 365.
Son grand-père dirige l'empire durant les premières années du règne de Théodose II.

Père. Son père Procope est, un temps, général des armées de l'Orient à la suite de ses succès, en 422, contre les Perses, sous le règne de Théodose II. Son grand- père était préfet du prétoire de 408 à 414.

Mère. Elle porte le nom de Lucina.

Portrait. Anthème est un esprit curieux, mais sceptique et... irascible. Philosophe, il s'entoure d'une cour de neo-platoniciens.

Mariage. Il épouse Aelia Marcia Euphemia, la fille de l'empereur d'Orient Marcien.

Cursus. Général, patrice, consul, Anthème est une personnalité de premier rang du régime. Durant l'hiver 466-467, il mène campagne en Pannonie contre les Ostrogoths. Au début de 467, comme le trône d'Occident est de nouveau vacant depuis la mort de Sévère III, Léon I, l'empereur d'Orient, le nomme César d'Occident en accord avec le patrice Ricimer, qui gouverne l'Italie, et qui cherche l'appui de l'Orient dans sa lutte contre les Vandales. Anthème entre alors en Italie avec ses troupes qui l'acclament empereur.

Dies imperii : 12 avril 467.

Règne. Aussitôt couronné, Anthème scelle sa collaboration avec Ricimer en lui donnant sa fille Alypia pour épouse, en novembre ou décembre 467. Dans son panégyrique qu'il prononce à Rome le 1er janvier 468, le poète Sidoine Apollinaire célèbre, en vers éminemment flatteurs, la prise du pouvoir en Occident par cet Oriental.
"Le voici, Excellences, Celui que la valeur romaine, Celui que votre amour ont demandé; Celui à qui l'Etat, comme un vaisseau vaincu par la bourrasque et privé de pilote, s'est confié tout désemparé, afin d'être mieux guidé par un maître éprouvé qui le délivrât de la crainte des tempêtes et des pirates. C'est vous, Sire, que nos campagnes ont réclamé de leurs prières, vous qu'ont désigné les fédérés par leur approbation, l'armée par ses trompettes, le Sénat par ses applaudissements, le peuple par ses votes ; vous que votre collègue (Léon I) nous a donné en vous donnant le pouvoir: vous réunissez autant de suffrages que le monde peut en émettre... ".
Mais on doit vite déchanter. En août 468, Anthème subit avec son collègue d'Orient, l'empereur Léon I, une terrible défaite face aux Vandales. La Sicile est perdue pour l'Italie. Et les troupes qui lui restent ne lui permettent que d'organiser une défense précaire de la péninsule. Ailleurs dans l'empire, la situation n'est guère plus brillante. Anthème ne règne que nominalement sur l'Espagne aux mains des Wisigoths et des Suèves. En Gaule, Wisigoths, Burgondes, Bretons et autres barbares affermissent chaque jour davantage leur autorité sur les terres qu'ils contrôlent. Quant à l'aristocratie gallo romaine, son loyalisme envers Rome commence de fléchir dangereusement.
En Italie, Anthème n'est guère populaire. C'est un étranger. Son train de vie et son entourage, coupable aux yeux du petit peuple de s'adonner à des pratiques magiques, font scandale. De plus, il soutient le paganisme pourtant proscrit et tolère toutes sortes de cultes autres que le culte chrétien.
Enfin, l'entente cordiale qui unit jusqu'alors Anthème et Ricimer tourne au vinaigre. Anthème ne se montre pas aussi docile que l'espérait Ricimer. Le premier traite son général de "Gète vêtu de fourrures" et le "Barbare" traite son empereur de "mauvais Grec", de "Galate emporté". Vers 470, la rupture est consommée. Ricimer quitte Rome pour Milan où il peut tenir plus facilement en respect les barbares installés entre les Alpes et le Danube. Mais l'Italie est comme divisée en deux royaumes indépendants.
En avril 472, Ricimer décide de crever l'abcès en imaginant un joli coup de maître. îl "fait" un autre empereur. Mais il ne prend pas n'importe qui. Il choisit Olybrius, l'époux de Galla Placidia la Jeune, la fille de Valentinien III. Ce noble Romain est de plus le candidat du roi des Vandales Genséric au trône impérial d'Occident. Celui-ci applaudit, de même que le Sénat et l'armée qui voient de nouveau un des leurs sur la plus haute marche. Fort de tous ces appuis, Ricimer rassemble ses troupes et descend sur Rome. Anthème, enfermé dans la ville avec les troupes qui lui sont restées fidèles, lui résiste deux mois. Ricimer doit enlever quartier après quartier pour en devenir le maître. Pour la troisième fois en un siècle, Rome est pillée, saccagée, détruite.
Le 11juillet 472, les soldats de Ricimer découvrent Anthème caché parmi un groupe de mendiants de l'église Saint-Chrysogone. Ils le font prisonnier et le tuent.

Source : Sidoine Apollinaire, Panégyrique d'Anthème.

Source : " Les empereurs Romains - 27 av. J.-C. - 476 ap. J.-C. " - François ZOSSO - Christian ZINGG.