Accueil Envoyer un mail Forum

SEVERE ALEXANDRE





Nom. Gessius Bassianus Alexianus. En 221, lorsqu'il est nommé César, il reçoit les noms de Marcus Aurelius Severus. Il transforme le nom d'Alexianus en celui d'Alexander en hommage à Alexandre le Grand, dont il est un fervent admirateur.

Naissance. Le 1er octobre ou le 12 décembre 205, à Césarée en Phénicie.

Famille. Cf. Elagabale.

Père. Gessius Marcianus, ancien procurateur, d'origine syrienne.

Mère. Julia Mammaea est tout aussi ambitieuse et intrigante que sa soeur Julia Maesa, mère d'Elagabale.

Portrait. Grand, fort, sportif, bon fils, bon élève, modéré, travailleur selon les biographes anciens qui en font le modèle du souverain idéal. En réalité, il semble que Sévère Alexandre est plutôt un bon garçon sans envergure et absolument nul sur le plan militaire.

Mariage. Sévère Alexandre épouse, avec le consentement de sa mère, une fille de patricien. L'Histoire Auguste l'appelle Memmia, fille de Sulpicius. Les inscriptions et les monnaies frappées entre 225 et 228 la nomment Cn. Seia Herrenia Sallustia Barbia Orbiana et lui confèrent le titre d'Augusta. Mais Julia Mammaea ne peut souffrir de rivale dans le coeur de son fils. Très vite, le père de la jeune impératrice est accusé de trahison et exécuté. Quant à la jeune impératrice, elle est chassée du palais et reléguée en Afrique. Trop faible, le jeune Sévère Alexandre n'a' pas le courage de s'opposer à la destruction de son mariage.

Cursus. Sévère Alexandre est adopté et déclaré César par Elagabale, le 10 juillet (?) 221. Il s'attire le respect et l'affection du peuple et des prétoriens. Jaloux, Elagabale veut l'éliminer. Mais les serviteurs et les prétoriens favorables à son cousin réussissent à déjouer ces noirs desseins.

Dies imperii : 13 mars 222.

Règne. A la mort d'Elagabale, le 13 mars 222, les prétoriens acclament Sévère Alexandre empereur. Le Sénat ratifie immédiatement ce choix pour déjouer les manoeuvres de certaines factions de l'armée et lui confère tous les titres et tous les pouvoirs de la dignité impériale. Comme il n'a que dix-sept ans, c'est avant tout sa mère Julia Mammea qui assure le pouvoir, sa grand-mère décède en 223 (ou 226 ?). Elle destitue les créatures d'Elagabale de leur emploi et s'entoure d'un conseil impérial formé des seize plus sages sénateurs, dont Ulpien qu'elle nomme préfet du prétoire. Ce célèbre juriste meurt, en 223, massacré par ses soldats qui refusent d'être mis au pas.
Cette rébellion n'est pas la seule. Tout au long du règne de Sévère Alexandre, une série de révoltes éclatent, témoignant de l'incapacité du jeune souverain à rétablir l'ordre et la discipline dans l'armée. Mais à son actif, il faut tout de même noter la mise en place de toute une législation en faveur des plus démunis, une remise en vigueur des institutions chargées de l'aide alimentaire, un contrôle plus sérieux des dépenses publiques, une tolérance quasi officielle de la religion chrétienne.
Son incapacité militaire va cependant le perdre. A la fin de l'année 231, il se trouve en Orient, à Antioche, pour combattre les Perses. Ceux-ci ont remplacé les Parthes sur la scène internationale et sur les champs de bataille. A leurs yeux, leur empire ne peut se développer que par l'annexion du bassin de l'Euphrate, trait d'union entre l'économie maritime qui prévaut dans l'océan Indien et l'économie continentale qui prévaut dans les plaines de l'Eurasie.
Or, au printemps 232, Sévère Alexandre leur enlève la Mésopotamie. Fort de ce succès, il pense alors pouvoir les battre en les prenant en tenaille. Il divise son armée en trois colonnes: la première est chargée de les attaquer par le Nord, par la Médie, en traversant l'Arménie; la seconde a pour mission de pénétrer en Perse par les régions méridionales de la Babylonie ; la troisième colonne dont il assure le commandement marche en avançant entre ces deux ailes. Mais cette manoeuvre échoue par manque de coordination. Sévère Alexandre doit ordonner la retraite à une armée qui ne lui pardonne pas ce demi-échec. Sa position politique se voit d'autant plus affaiblie qu'il doit à tout prix négocier une paix sur ce front, car, sur le Rhin et le Danube, en 233, les Germains ont profité de franchir le limes dégarni des troupes qu'il avait retirées pour les engager en Orient.
En 234, Sévère Alexandre se trouve donc en Occident, sur le Rhin. Au Vicus Britannicus (Berzenheim près de Mayence), craignant d'essuyer un nouvel échec, il accepte de conduire des pourparlers peu honorables avec les Alamans qui menacent l'empire,depuis 220 déjà, alors que ses soldats veulent en découdre. Indignés parce qu'il refuse de les entendre, ceux-ci l'assassinent lui et sa mère, dans leur tente, le 18 mars 235, et offrent la pourpre au préfet des recrues, Maximin, un athlète courageux que sa force physique exceptionnelle a rendu fort populaire et qui, lui, veut infliger à ces Germains une leçon.

Dixit : C'est à Ulpien, célèbre juriste, préfet du prétoire qu'on doit cette sentence: "Selon les lois de la nature, tous les hommes sont égaux".

Source : " Les empereurs Romains - 27 av. J.-C. - 476 ap. J.-C. " - François ZOSSO - Christian ZINGG.