AUGUSTE 27-14 av. & ap. J.C.

Marcus, Vipsianus, Agrippa // Caius, Julius, Caesar, Augustus.

Dupondius (as) de Nîmes bronze, type II - 26 mm - 12,25 gr - Gaule Nîmes - ex 04

A/ IMP // DIVI F.

"Imperator Divi Filius", (L'empereur fils du divin).

Têtes adossées d'Agrippa coiffé de la couronne rostrale à gauche et d'Auguste nu à droite.

R/ COL - NEM

"Colonia Nemausus", (Colonie de Nîmes).

Crocodile enchaîné à un palmier qui est surmonté d'une couronne ; sous le crocodile, deux palmettes.

Commentaires à propos de cet exemplaire :
Poids lourd pour une pièce du groupe 2. Ce dupondius ne peut malheureusement pas appartenir au groupe inaugural du monnayage nîmois, à cause du diamètre inférieur à 28 millimètres. Néanmoins, dans certains ouvrages, les auteurs n'hésitent pas à attribuer les pièces les plus lourdes au groupe 1.

Commentaires à propos de ce type monétaire :
Le droit exalte Agrippa, l'amiral de la flotte d'Auguste, son ami, son gendre et le vainqueur de la bataille d'Actium (31 avant J.-C.) qui mourut malheureusement en 12 avant J.-C. La typologie du revers se rapporterait à la capture de l'Egypte par Octave en 30 avant J.-C. La première émission frappée vers 27 avant J.-C. a un poids moyen de 16,74 g pour 31 exemplaires d'après le Roman Provincial Coinage. La seconde émission a un poids moyen de 12,50 g pour 84 exemplaires. La troisième émission, quant à elle, a un poids moyen de 13,27 g pour 194 pièces. Pour la première émission, nous aurions affaire à un dupondius, puis à des asses pour les trois suivantes. La typologie du droit place ces pièces sur un pied d'égalité avec les monnayages civiques de Vienne, de Lyon, d'Orange et peut-être de Narbonne. Après cette date, en Gaule, les autres émissions civiques ayant disparu, seul le monnayage nîmois a continué d'être frappé. Si la première émission est rare, les trois autres sont plus courantes. Nous aurions affaire à des dupondii légers, monnaie fiduciaire par excellence qui permettait d'alimenter la Gaule déficiente en monnaies impériales et procurait aux monétaires locaux des profits accrus.

Caractéristiques constantes du type II :
- Auguste tête nue.
- La palme forme à sa base un "Y" renversé.
- Dents du saurien au dessus de la mâchoire.
- Sorte de corne à l'extrémité du museau du crocodile.

Avis de Jean-Pierre Terrien :
J’aurais classé ta monnaie de la même manière que toi dans le type II. C’est un bel exemplaire qui montre clairement un Agrippa barbu. Le poids n’est pas le seul critère pour le classement en type I ou II. Personnellement, je me base sur un poids qui est dans les normes des bronzes de Vienne-Lyon-Narbonne-Orange (?) soit environ de 14 g. à 18 g. en général et plus exceptionnellement. Puis le style et le point après COL qui figure curieusement sur toutes les frappes de la première heure de la monnaie au croco. Quant aux classements anciens, je pense qu’aujourd’hui on peut les affiner. Ceci dit, la limite entre le type I et le II n’est pas forcément évidente, il m’est arrivé d’hésiter pour les premiers type II. Le but est surtout de distinguer les toutes premières frappes des autres, surtout que le type II est très disparate en style et en poids. Néanmoins, il y a toujours des numismates qui classent ce monnayage en 3 types.
Site de Jean-Pierre : As de Nîmes rime avec énigme.

Historique :
Nemausus (Nîmes) était la capitale des Volques Arécomiques. D'après le monnayage, elle subit largement l'influence de Marseille. Au cours du premier siècle avant notre ère, afin de contrebalancer l'influence de Narbonne, soutint-elle la révolte de Sertorius en Espagne contre Metellus et Pompée ? La colonie de Nîmes semble avoir été fondée par Tiberius Nero, le mari de Livie et le père de Tibère et de Drusus senior, en 45 ou 44 avant J.-C. Certains auteurs y voient plutôt une création de César lui-même au retour de la campagne d'Espagne. La ville reçut le "jus Latinum". Après la bataille d'Actium en 31 avant J.-C., marquant la victoire d'Octave et d'Agrippa sur la flotte de Marc Antoine et de Cléopâtre et la conquête de l'Egypte l'année suivante, Octave démobilisa une partie de ses légions, devenues trop nombreuses après la victoire. Les vétérans reçurent leur "honesta missio", sorte de retraite en numéraire et en bien fonds. De nombreux vétérans vinrent s'installer dans la province de Narbonnaise et un contingent important se fixa à Nîmes. Le très important monnayage qui semble débuter à partir de 27 avant J.-C. montre le dynamisme commercial de la cité qui devint l'une des plus riche de la région et qui nous a laissée des monuments impressionnants (le Pont du Gard, la Maison Carrée). La cité changea de statut en 24 avant J.-C., devenant une colonie romaine sous le nom de "Colonia Augusta Nemausus" et dominant le territoire des Volques Arécomiques.

Réf : RIC 155 - LT 2778 - RPC 523.