Accueil Envoyer un mail Forum

LA SUCCESSION D'AUGUSTE

N'étant pas historienne, ne vous attendez pas à un article de fond sur la question, mais plutôt à une " bande dessinée " à partir des monnaies de ma collection (217 monnaies à ce jour, certaines accusant vraiment leur âge, d'autres plus présentables). M. R.

En 45 av JC Auguste n'est pas encore Auguste, mais Octave et vient d'être adopté par son oncle Jules César dont voici le célèbre denier à l'éléphant qui présente à l'avers ce pachyderme, symbolisant César, en train d'écraser un carnyx (trompette gauloise).
Tous les anciens latinistes auront peut-être des souvenirs cuisants des premières traductions laborieuses de " La guerre des Gaules "…

Denier de César



Mais aux Ides de Mars 44 av JC César, dont l'ambition était une menace pour la République, est assassiné.
Octave forme alors avec Marc-Antoine et Lépide Le second triumvirat.

En 36 av JC Octave se réfère à son père adoptif César, divinisé en 42, pour asseoir son autorité et apparaît à ses côtés sur l'As de Vienne. Ne possédant qu'1/2 As pour des raisons financières, je vous laisse imaginer l'effigie d'Octave à la droite de César (Si vous êtes frustré, consultez des sites de vente sur offres pour mieux visualiser).

1/2 As de Vienne



C'est en 31 av JC que la carrière d'Octave prend un tournant décisif : Agrippa, son ami d'enfance devenu général et amiral, écrase la flotte d'Antoine et de Cléopâtre à la bataille d'Actium.

L'As de Nîmes dont la frappe a débuté en 27 av JC commémore cette brillante victoire.

De nombreux As furent d'ailleurs coupés en deux ou même en quatre, par manque de monnaies divisionnaires.


As de Nîmes




Avers : buste d'Agrippa adossé à celui d'Auguste
Revers : crocodile évoquant la campagne d'Egypte


Après Actium, puis la prise d'Alexandrie, Octave devient le maître incontesté de l'Empire et reçoit titre d'Auguste en 27 av JC.

Deux Quadrans d'Auguste
(noms des triumvirs monétaires autour d'un autel)




Mais celui que l'on nommera le maître du monde peine à établir sa propre dynastie :

De son éphémère mariage avec Scribonia il n'a qu'une fille, Julie.
Tombant follement amoureux de Livie, il l'enlève à son mari alors qu'elle est sur le point d'accoucher de son second enfant Drusus.
Pourtant cette union restera stérile et Auguste n'a pas d'héritier mâle susceptible de lui succéder.
Il songe alors à son ami Agrippa, le vainqueur d'Actium.

As à l'effigie d'Agrippa
(restitution de Caligula, petit fils d'Agrippa)


Neptune, au revers, brandissant un trident est un rappel de ses qualités de grand amiral


Auguste donne en mariage son unique fille, Julie, à Agrippa.
Remarquez que dans l'Antiquité, la gent féminine devait souvent se plier à des raisons hautement politiques…

Mais le fidèle Agrippa meurt prématurément.
Auguste reporte ses espérances sur ses deux petits fils Caius et Lucius, nés en 20 et 17 av JC de l'union d'Agrippa et de Julie, et les élève au rang de Césars, faisant d'eux ses successeurs désignés.

Denier d'Auguste Caius et Lucius



Mais le destin s'abat une nouvelle fois sur la famille d'Auguste : Lucius meurt mystérieusement à Marseille à l'âge de 19 ans et son frère Caius, grièvement blessé en combattant en Arménie la même année décède 18 mois plus tard en février 4 de notre ère. La succession n'est plus assurée.

La mort de Lucius était-elle naturelle ? Livie, épouse d'Auguste, aurait-elle voulu favoriser ses enfants nés d'un précédent mariage ?
Toujours est-il qu'Auguste, faisant taire sa douleur adopte Tibère qu'il avait déjà forcé à divorcer pour épouser sa fille Julie, devenue veuve d'Agrippa. Ce mariage imposé fit regretter à Tibère sa première épouse…

Tibère, le fils aîné de Livie sera donc associé au pouvoir et revêtira la pourpre à la mort d'Auguste en 14 ap JC.

As et Semis de Tibère à l'autel de Lyon




L'autel des trois Gaules à Lyon était voué au culte d'Auguste et de Rome,le 1er août se déroulait une fête qui rassemblait Romains et Gaulois,cette date coïncidait avec la plus grande fête gauloise.
Le culte impérial était synonyme de fidélité et de loyauté à Rome.



Le règne de Tibère sera fécond et celui-ci rendra hommage à son beau-père en faisant frapper un monnayage de consécration au nom d'Auguste.

As à l'effigie d'Auguste
(consécration de Tibère)


Avers : tête radiée d'Auguste
Revers : autel de la Providence

En conclusion, un grand merci à mon ami Francis Bourcher qui m'a incitée à sortir de ma réserve pour écrire cet article.
Mon souhait ? Que d'autres numismates amateurs franchissent le pas pour écrire leur article, il n'est pas besoin d'être spécialiste : notre passion commune mérite d'être partagée.

Monique ROSSO - (Section numismatique de Marignane)