Accueil Envoyer un mail Forum

LES ORIGINES DU MONNAYAGE ROMAIN.


Vers 400 av. J.-C., les Romains remplacèrent le troc basé sur les têtes de bétail ou l'usage de monnaies grecques par un système monétaire relativement archaïque. Il s'agissait dans un premier temps de lingots en bronze nommés aes signatum représentant sur une des faces leur équivalent en têtes de bétail.
Ensuite, vers 280 av. J.-C. apparaissent des disques de bronze nommés aes graves pesant une livre romaine (324 g) et valant 1 as. Le double visage de Janus y est gravé sur l'avers (photo fin de texte). Le poids de l'as étant fixé en fonction de sa valeur, celui-ci diminue lors de la première guerre punique (264-241) pour peser environ 290-280 grammes. Baisse due aux fortes dépenses de Rome pour la constitution de sa flotte.
Vers 225 av. J.-C. apparait sur le revers de l'aes graves, (latin graves = lourd), une proue en hommage à la puissante flotte militaire romaine constituée quelques décennies plus tôt.
Lors de la deuxième guerre punique (218-201), qui impose à Rome des dépenses considérables, l'as s'effondre et finit par devenir un disque de bronze d'une vingtaine de grammes. Il a des multiples dont le plus utilisé sera le dupondius valant 2 as et des sous-multiples le semi (½ as), et le quadran (¼ as).
Toutes ces monnaies sont en bronze. C'est à ce moment que l'argent métal apparait véritablement dans le système monétaire romain avec le "denier" .

La république romaine

Le système monétaire est réformé et s'appuie désormais sur le denier (monnaie d'argent).
En 211 av. J.-C. le denier apparait et vaut 10 as de 53 grammes de bronze chacun (d'où son nom qui vient de la racine DIX). Le denier pesant 4,5 gr. d'argent, 530 gr. de bronze est égal à 4.5 gr. d'argent en 211. On a donc un rapport de 1/120.

L'empire

À partir du consulat de César, le système entre dans une période de stabilité qui va durer plus de 2 siècles.
L'auréus, monnaie d'or valant 25 deniers apparaît. Les empereurs soignent particulièrement leur portrait sur les monnaies qui servent de propagande, le sesterce en cuivre puis en bronze valant un quart de denier est, avec son diamêtre de 33 mm, la monnaie reine de l'époque.

La décadence

Au fil du temps, la dévaluation reprend avec l'anarchie militaire de 200 à 284. Le denier se déprécie, est frappé en alliage de billion contenant de moins en moins d'argent pur.
En 215, Caracalla institue un nouveau denier appellé antoninien valant 2 deniers et à 50% d'argent. Le sesterce se raréfie à partir des Sévères, jusqu'à presque disparaître sous Valerien.
Sous le règne de Claude II, il ne contiendra plus que 3% d'argent.
En 274, Aurélien remplace l'antoninien par l'aurelianus il vaut 4 deniers. Les monnaies d'or et les sesterces ont pratiquement disparu.
Vers 290, Dioclétien crée de nouvelles monnaies : il réforme l' aureus d'or et crée l'argenteus d'argent qui sont très dévalués par rapport à l'ancien denier et ne circulent que très peu, c'est le follis monnaie de bronze à cours forcé qui constitue la majeure partie de la circulation.
En 310 Constantin fait frapper à Trèves les premiers solidus d'or.

Les invasions barbares

La multiplication des ateliers de frappe et l'instabilité politique achèveront la dissolution du système monnétaire romain.


L'étymologie monétaire

Le bétail, pécus en latin, unité originelle des échanges, a donné le mot "pécuniaire ".

Les monnaies romaines étaient au début frappées dans le temple de Junon moneta, origine du mot "monnaie ".

Le sesterce, appelé aussi numus puis numisna, a donné le terme "numismatique ".

Le denier, denarius est à l'origine des noms "dinar ", "dirham ".

Le solidus s'est transformé au fil des siècles en "sol ", puis "sou ".



Aes grave 225-217 - 284,79 gr. A/ Tête de Janus - R/ Proue de navire.



Coin monétaire.



Francis