Accueil Envoyer un mail Forum

LE MILLENAIRE DE ROME

En 247 sous le règne joint de Philippe 1er dit l'arabe et de son fils Philippe II, Rome fête son premier millénaire. C'est l'occasion de festivités grandioses qui se succèdent tout au long de l'année. Pour célébrer cet événement, l'atelier de Rome frappe une émission particulière dont les revers montrent des animaux sauvages. Ces animaux avaient été rassemblés à l'origine pour le triomphe persique de Gordien III qui est mort assassiné avant de pouvoir le fêter.
On peut supposer que ces « bêtes sauvages » ont servi à orner les défilés et les jeux du cirque.

Sur ces monnaies, la légende de revers est la même pour les six officines:
SAECVLARES AVGG, saeculares augusti: Les jeux séculaires des augustes. Elle est accompagnée par la marque d'officine en chiffres romains. (I,II,III,IIII,V,VI)

Première officine - Philippe 1er - Le lion - (coll. perso).

Deuxième officine - Philippe 1er - La louve allaitant les jumeaux Remus et Romulus fondateurs de Rome - (coll. perso).

Troisième officine - Philippe II - Le bouc (ou la chèvre suivant les auteurs) - (coll. perso)

Quatrième officine - Otacillie femme de Philippe 1er mère de Philippe II - L'hippopotame - (coll. perso).

Cinquième officine - Philippe 1er - Le cerf - (coll. perso).

Sixième officine - Philippe 1er - L'antilope - (coll. perso).

Cette émission sera complétée l'année suivante par d'autres monnaies faisant référence au millénaire et aux cérémonies rattachées à l'évènement.

Aeternitas augg L'éternité des empereurs - Philippe 1er (1ère officine) - Eléphant monté par un cornac (avec l‘autorisation du propriétaire).

Saeculares Augusti - Philippe 1er (5ème officine) - Colonne érigée pour le 3ème consulat de Philippe 1er - (coll. perso).

Saeculum novum (le nouveau siècle) - Philippe 1er (6ème officine) - Le temple de Roma lieu privilégié des cérémonies religieuses des fêtes du millénaire - (coll. perso).

Ces monnaies offrent un double intérêt: esthétique et historique.
Les représentations d'animaux ne sont pas courantes dans le monnayage romain. Quelques années plus tard, Gallien reprendra ce type de revers dans l'émission du bestiaire avec des animaux fantastiques. Historiquement, cette série monétaire donne un aperçu des fêtes qui accompagnaient les grands évènements de l'empire et est aussi un exemple de la propagande impériale. On fait des vœux à la Rome éternelle et indestructible alors qu'au même moment les « barbares » franchissent le limes (Carpes, Goths, Vandales), que des révoltes éclatent dans tout l'empire et que des usurpateurs tentent de s'emparer du pouvoir impérial.

Eric Lesueur