Accueil Envoyer un mail Forum

Marc Aurèle, empereur philosophe .


Marc-Aurèle (121-180), cet empereur romain venu de bonne heure à la philosophie à travers la lecture d'Épictète, consacra son existence à la guerre contre les Barbares, dans la région du Danube. Ce fut pendant ces expéditions qu'il écrivit ses Pensées, réunies après sa mort sous le titre À lui-même. Il meurt, sur le front du Danube, en 180, probablement à Vienne.
" Avec Marc-Aurèle, la philosophie a régné. Un moment, grâce à lui, le monde a été gouverné par l'homme le meilleur et le'plus grand de son siècle ", note Renan (Marc-Aurèle, ou la fin du monde antique, rééd. Le Livre de Poche, Biblio-Essais).


L'influence d'Épictète sur Marc-Aurèle est manifeste: les Entretiens d'Épictète produisirent sur l'empereur une profonde impression.
Mais Marc-Aurèle fut également marqué par les thèses d'Épicure.
Enfin, le mobilisme d'Héraclite est présent chez Marc-Aurèle, et ce mobilisme est interprété de manière pessimiste.


Marc-Aurèle souligne, comme les autres Stoïciens, l'idée de l'autonomie de l'individu, libre par son jugement, et celle du rattachement de l'homme à l'univers. Les Pensées sont, par ailleurs, d'un ton fort pessimiste.


Ses concepts fondamentaux sont les suivants:

Les concepts d'Épictète : le concept de présent, conçu comme seule réalité temporelle concrète véritable, si l'on ôte du temps ce qui est à venir et ce qui est écoulé (et donc un futur et un passé qui nous échappent).
Le concept de " dieu intérieur ", de " génie" présent en chacun de nous, et conçu comme guide de l'homme, le rendant libre face aux vicissitudes externes.
Le concept de moment opportun, déjà présent dans la spéculation grecque et explicité, chez Marc-Aurèle, comme " occasion favorable" et " opportunité permanente" pour notre exercice moral.


La physique :

La physique est, chez les Stoïciens, l'étude du monde entendu dans sa totalité. Pour Marc Aurèle (comme pour les autres Stoïciens) le monde est parcouru par le souffle divin de la Raison : Dieu assure ainsi l'unité de toutes choses.


Une morale de la liberté :

Si le destin gouverne les événements, l'homme est néanmoins libre et maître de ses opinions et de ses pensées.
C'est la paix de l'âme qui doit être recherchée, et non point une illusoire tranquillité extérieure . Ainsi le Sage s'exerce-t-il à vivre l'âme sereine et dans le seul présent, sans porter sa pensée vers le passé et l'obscur avenir, dont nous n'avons point la maîtrise.


Francis