Accueil Envoyer un mail Forum

La campagne Germanique de Domitien.


Denier d'argent (Ag 3g25), Rome, mai à septembre 85.

Avers : IMP CAES DOMIT AVG GERM P M TR P IIII : Sa tête laurée à droite, ornée de l'égide.

Revers : IMP VIIII COS XI CENS POT P P : La Germanie assise à droite, dans un attitude de désolation, la poitrine découverte, assise sur un bouclier germain, une lance brisée à ses cotés.

Références : Références : RIC 69 (R4) , Cohen - [Cohen 188 var. (aureus) et Cohen 177 var (médaillon d'argent de 5 deniers)], BMC -, RSC-, De la plus haute rareté.
ex Gorny & Mosh 125, n°458

État de conservation : Très beau à Superbe.



Notes : Notes : Splendide revers, d'un style incomparable, la Germanie est présentée en attitude de lamentation, se tenant le front, et la poitrine découverte en signe de désespoir, comme le faisaient les Gauloises lors de la guerre des Gaules *, la lance brisée parachève le tableau : la Germanie est à terre... En fait, la réalité historique est tout autre : Domitien n'a au mieux triomphé que d'une seule tribu germaine, les Chattes... Dion dit même qu'il ne rencontra aucun ennemi au cours de son expédition absurde contre les Germains. Tacite signale aussi qu'il paya des individus pour incarner les prisonniers germains lors de la célébration de son triomphe. Il se trouve pourtant ici honoré du titre de Germanicus (vainqueur des Germains) et, fait assez rare dans le monnayage d'argent romain du premier siècle, a le buste orné de l'égide.

Ce denier de Domitien fut frappé probablement juste après qu'il ait réprimandé sévèrement les ateliers monétaires pour la mauvaise qualité de leurs monnaies. en effet tout les détails montrent que cette monnaie a subit une grande attention, le portrait est remarquable, et le revers, pas du tout "stéréotypé", est, quand à lui digne des chef d'œuvres de la numismatique grecque classique. Ce type iconographique du revers sera repris sur les deniers de Trajan célébrant les victoires en Dacie... avec moins de réussite artistique !

* Jules César, Guerre des Gaules, livre VII, 47 : (à Gergovie)
" Les mères de familles jetaient du haut des murs des étoffes et de l'argent et, le sein découvert, penchées sur la muraille et tendant leurs mains ouvertes, elles suppliaient les Romains de les épargner, et de ne pas massacrer, comme ils avaient fait à Avaricum, les femmes même et les enfants..."

L'usage pour les femmes de se découvrir la poitrine quand elles demandent grâce se retrouve également dans la littérature de l'Irlande.

Notez que ce type de revers fut repris pour célébrer les victoires de trajan en Dacie... mais avec un style nettement moins exceptionnel.

Article & site de Frédéric Weber : Index des Monnaies antiques